Menu

Appel pour la réhabilitation collective des 11 fusillés

Appel pour la réhabilitation collective des 11 fusillés
CLP-KVD

 Le CLP-KVD (Cercle de Libre pensée - Kring voor het Vrije Denken) a jugé nécessaire de lancer l’appel ci-dessous pour la réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple de la guerre 14-18.


Les commémorations de la grande guerre 1914-1918 se multiplient dans notre pays, de Liège à Ypres, par exemple, où l’on rend hommage aux soldats morts POUR la Belgique.

Mais il est un point dont on parle peu : le rôle de la justice militaire, justice d’exception, pendant la guerre 1914-1918 : 37.557 condamnations, 219 condamnations à mort, 11 exécutés fusillés (1), venant des trois régions du pays et d’origine sociale modeste, morts de 12 balles PAR la Belgique. Parce qu’ils étaient simplement des hommes en proie à une terreur abominable sous les bombes et la mitraille, parce qu’ils ne voulaient pas se faire massacrer pour rien, parce qu’ils s’opposaient à la barbarie de cette guerre, parce qu’ils refusaient d’obéir sous la menace.

Pour « faire tenir le front » ou mener la guerre jusqu’au bout, des généraux demandaient des exemples.
Des recherches historiques récentes montrent l’absence de procès équitable et un nombre important d’erreurs judiciaires, et, en outre, que « les dossiers d’archives des auditorats militaires sont incomplets et qu’ils représentent surtout des objets construits par l’institution judiciaire » (Benoît Amez, historien à l’UCL, in www.lavenir.net – 09/11/2009).

Réhabiliter collectivement ces 11 Fusillés pour l’exemple est la seule voie possible pour rétablir la justice, un siècle après ces tragiques événements. Il n’y a plus de témoins, plus d’accusés. Il n’y a plus que l’injustice et la barbarie. La justice passe aujourd’hui par une déclaration solennelle du Parlement fédéral pour rétablir ces hommes et leurs familles dans leur honneur et leur droit.

En France, la Fédération Nationale de la Libre Pensée, l’Association Républicaine des Anciens Combattant, l’Union Pacifiste de France, le Mouvement de la Paix, des organisations syndicales de la CGT et de la CGT-Force Ouvrière et nombre de sections de la Ligue des Droits de l’Homme mènent un combat résolu pour que la République réhabilite collectivement les 650 Fusillés pour l’exemple de 1914-1918. En Grande-Bretagne des excuses ont été faites et une loi votée en 2005 pour « effacer les fautes » des 256 Fusillés pour l’exemple. En Nouvelle-Zélande, c’est en 2006 que des excuses ont été prononcées en faveur des 5 Fusillés pour l’exemple.
En Belgique, des descendants de Fusillés pour l’exemple, tels Roger et Jos Gielen, Marie-Rose Delahaye et les familles Vandenbosch-Steenbergen ont lancé, en 2013 déjà, une demande en ce sens.

N’est-il pas temps, à la faveur de la commémoration du centième annivee le Parlement fédéral par une déclaration solennelle réhabilite les 11 fusillés pour l’exemple et les rétablissent, eux et leurs familles, dans leur honneur et leur droit.

« Il vaut mieux hasarder de sauver un coupable que de condamner un innocent » (Voltaire). C’est ce principe généreux – grâce auquel l’humanité pourra peut-être s’élever un jour au niveau d’un devenir pacifique – qui guide les signatairesrsaire de la Première Guerre mondiale, d’effacer cette tache sur l’honneur de la Belgique, en réhabilitant collectivement les 11 fusillés pour l’exemple ?
Nous pensons que c’est là une exigence de la justice et de la démocratie, dans un pays qui a aboli la peine de mort : qu de cet appel pour la réhabilitation collective des Fusillés pour l’exemple de 1914-1918.

Cet appel émane de citoyens qui, par-delà leurs engagements respectifs, par-delà les investissements personnels, culturels, philosophiques, politiques, qui leur sont propres, se retrouvent ensemble sur cette exigence, dont la satisfaction sera à l’honneur de la démocratie.

 

(1) Louis De Vos ; Elie-Jean Deleeuw ; Alphonse Gielen ; Léopold Noël ; Jean Raes ; Victor-François Remy Henri Reyns ; Alphonse Van Herreweghe ; Paul Vanden Bosch; Alphonse Verdickt ; Aloïs Wulput



pour signer la pétition: cliquez ici